L'authentique passion du Lipizzan
Tél.: 06.80.57.28.96 - 01.30.54.42.57

Émail : info@france-lipizzan.com
 

 

Piber

Le haras de Piber en Styrie / Autriche, existe depuis 1798 et était destiné à l’élevage des chevaux militaires. En 1853, il accueillit pour la première fois des Lipizzans pour améliorer les races chevalines pour l’agriculture. En 1869 ces Lipizzans furent transférés au haras de Radautz, le haras impérial le plus important, élevant surtout des arabes shagyas.

Ils ne revinrent à Piber qu’en 1920, après la Première Guerre Mondiale. Et cette fois-ci ils y restèrent, sauf pendant les années 1943 à 45 où les chevaux furent évacués au haras de l’armée allemande à Hostau en Bohème. Ils y joignirent les Lipizzans de Lipica, évacués en 1942, et d’autres haras des Balkans, comme Demir Kapija ( chevaux d’une qualité remarquable ) et Vukovar.

En avril 1945 il y avait un troupeau de 300 Lipizzans au haras de Hostau, qui était dirigé par un vrai homme de cheval, le lieutenant-colonel Rudofsky, secondé par le docteur Lessing, vétérinaire.

Rudofsky profitait de ce nombre exceptionnel de Lipizzans en provenance de tant de haras divers pour faire des croisements qui autrement auraient été impossibles.

A la fin d’avril 1945, eut lieu le sauvetage dramatique des Lipizzans de Hostau qui allait tomber en zone russe selon les dispositions du Traité de Yalta. Des hommes dévoués, voulant à tout prix préserver cette plus ancienne race de culture de l’extinction, organisèrent, sous la protection de l’armée américaine commandée par le général Patton et son adjoint le colonel Reed, le retour des chevaux en zones américaines. De là les chevaux repartaient peu à peu dans leur pays d’origine, l’Autriche, l’Italie et la Yougoslavie. Certains partirent aux Etats Unis, et ce sont eux qui constituèrent la base de l’élevage de Temple Farm près de Chicago.

En 1957, le Dr Heinrich Lehrner fut nommé directeur du haras de Piber; il y resta pendant 26 ans. Piber, sous sa direction, devint un haut lieu de culture pour l’histoire, l’élevage et la conservation du Lipizzan noble.

Piber est aujourd’hui le seul haras fournisseur de chevaux pour l’Ecole Espagnole de Vienne.

A Piber les poulains reçoivent deux noms, celui de la lignée du père et celui de la mère, avec le numéro de l’ordre chronologique pour la mère en chiffres arabes. Le mâle reçoit un chiffre romain si son père produit plusieurs fils avec la même poulinière. Ceci peut donner, par exemple,

Siglavy V Africa 7 pour un cinquième poulain d’un Siglavy et de la jument Africa 7.

Marques
A un an, après une première sélection, les poulains sont marqués : un « L » sur la ganache gauche, sous la selle à gauche la lettre de la lignée du père plus le numéro chronologique, en dessous est marqué le signe du père de la mère et sous la selle, à droite, le numéro du registre du poulain. Et bien sûr, le « P » du haras de Piber sous la couronne impériale, sur la cuisse gauche.

retour "les Haras"